Grèce vs Bruxelles : la bataille de l'excédent primaire
Éconautes
Éconautes
chronique

Grèce vs Bruxelles : la bataille de l'excédent primaire

La Troïka demande-t-elle l'impossible aux Grecs ?

Réservé à nos abonné.e.s
"La Troïka demande l’impossible aux Grecs" a estimé ce matin sur RFI l’ancien ministre chargé du Développement et ex-eurodéputé écolo Pascal Canfin. Pour preuve : Bruxelles exige de la Grèce un excédent primaire – le solde entre recettes et dépenses hors paiement de la dette – de 4,5% du PIB alors que la France, mauvaise élève, n'est même pas foutue d'être dans le positif. Des exigences intenables à l’origine de la rébellion des Grecs, selon Canfin. Pour autant, si ses conclusions sont valables, la comparaison avec la France n’a pas vraiment de sens. Explications.
Commentaires

Grèce vs Bruxelles : la bataille de l'excédent primaire

"La Troïka demande l’impossible aux Grecs" a estimé ce matin sur RFI l’ancien ministre chargé du Développement et ex-eurodéputé écolo Pascal Canfin. Pour preuve : Bruxelles exige de la Grèce un excédent primaire – le solde entre recettes et dépenses hors paiement de la dette – de 4,5% du PIB alors que la France, mauvaise élève, n'est même pas foutue d'être dans le positif. Des exigences intenables à l’origine de la rébellion des Grecs, selon Canfin. Pour autant, si ses conclusions sont valables, la comparaison avec la France n’a pas vraiment de sens. Explications.

Abonnez-vous pour pouvoir commenter !
si vous êtes déjà abonné Connectez-vous

Il n'y a pas encore de commentaire

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.