Apprendre à être une fille d'aujourd'hui grâce à Girls
Axelle
Axelle
chronique

Apprendre à être une fille d'aujourd'hui grâce à Girls

Vivre avec les séries, épisode 2

Réservé à nos abonné.e.s
L’autre soir, quand je suis rentrée chez moi, une jeune femme pleurait sur mon canapé. Appelons-la Sophie, c’est ma baby sitter. J’ai pris ce ton doux et ouvert qui sonne l’ouverture des confidences féminines, et j’ai demandé: "Sophie, qu’est-ce qui se passe?". Sophie: "J’ai un gros problème". Moi: "J’espère que c’est pas un problème de santé?" Sophie: "Non, c’est beaucoup plus grave que ça."Moi: "Sophie, expliquez-moi, car là je commence à m’inquiéter." Sophie: "J’arrive pas à choisir entre mon ex et mon actuel petit ami." Moi: "Ouf, vous m’avez fait peur. Vous savez, c’est un problème classique, on va le résoudre en deux coups de cuillères à pot. C’est simple: lequel des deux vous aimez le plus?" Elle (ouvrant de grands yeux): "Oh mais c’est pas du tout le problème!" Moi (ouvrant aussi de grands yeux, mais plus difficilement, car il se faisait tard): "Comment ça, c’est pas le problème?" Elle "J’en aime aucun des deux. Mais j’arrive pas à choisir." (elle se remet à pleurer). Moi: "De mon temps, on pleurait quand on n’arrivait pas à choisir entre deux choses qu’on aimait." Elle (vaguement méprisante) : "Oui, mais moi, je suis une fille d’aujourd’hui". Elle est partie, laissant sur le canapé un coussin humide de larmes et moi dans la perplexité. Alors, tandis qu’un début d’insomnie pointait son nez blafard, j’ai mis Girls.
Commentaires

Apprendre à être une fille d'aujourd'hui grâce à Girls

L’autre soir, quand je suis rentrée chez moi, une jeune femme pleurait sur mon canapé. Appelons-la Sophie, c’est ma baby sitter. J’ai pris ce ton doux et ouvert qui sonne l’ouverture des confidences féminines, et j’ai demandé: "Sophie, qu’est-ce qui se passe?". Sophie: "J’ai un gros problème". Moi: "J’espère que c’est pas un problème de santé?" Sophie: "Non, c’est beaucoup plus grave que ça."Moi: "Sophie, expliquez-moi, car là je commence à m’inquiéter." Sophie: "J’arrive pas à choisir entre mon ex et mon actuel petit ami." Moi: "Ouf, vous m’avez fait peur. Vous savez, c’est un problème classique, on va le résoudre en deux coups de cuillères à pot. C’est simple: lequel des deux vous aimez le plus?" Elle (ouvrant de grands yeux): "Oh mais c’est pas du tout le problème!" Moi (ouvrant aussi de grands yeux, mais plus difficilement, car il se faisait tard): "Comment ça, c’est pas le problème?" Elle "J’en aime aucun des deux. Mais j’arrive pas à choisir." (elle se remet à pleurer). Moi: "De mon temps, on pleurait quand on n’arrivait pas à choisir entre deux choses qu’on aimait." Elle (vaguement méprisante) : "Oui, mais moi, je suis une fille d’aujourd’hui". Elle est partie, laissant sur le canapé un coussin humide de larmes et moi dans la perplexité. Alors, tandis qu’un début d’insomnie pointait son nez blafard, j’ai mis Girls.

Abonnez-vous pour pouvoir commenter !
si vous êtes déjà abonné Connectez-vous

Il n'y a pas encore de commentaire

Il vous reste 97% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.