Burn-out en série : la ligne "joyeuse" ne passe pas chez GEO Magazine
enquête

Burn-out en série : la ligne "joyeuse" ne passe pas chez GEO Magazine

"Les photos, maintenant, c'est l'office de tourisme"

Réservé à nos abonné.e.s
Des terrasses fermées pour éviter un suicide. Une directrice des ressources humaines qui s'installe à demeure au coeur de la rédaction. Mais que se passe-t-il à GEO? Un conflit social oppose une partie de la rédaction du magazine du groupe Prisma Media, et la rédaction en chef, en place depuis 2011. Couvant depuis plusieurs années, le conflit s'est récemment envenimé, avec quatre cas de burn-out déclarés depuis six mois, et de nombreux arrêts maladie. Les salariés dénoncent un management violent, un accroissement important du rythme de travail, et des divergences éditoriales qui, depuis 2011, ne sont pas acceptées.
Commentaires

Burn-out en série : la ligne "joyeuse" ne passe pas chez GEO Magazine

Des terrasses fermées pour éviter un suicide. Une directrice des ressources humaines qui s'installe à demeure au coeur de la rédaction. Mais que se passe-t-il à GEO? Un conflit social oppose une partie de la rédaction du magazine du groupe Prisma Media, et la rédaction en chef, en place depuis 2011. Couvant depuis plusieurs années, le conflit s'est récemment envenimé, avec quatre cas de burn-out déclarés depuis six mois, et de nombreux arrêts maladie. Les salariés dénoncent un management violent, un accroissement important du rythme de travail, et des divergences éditoriales qui, depuis 2011, ne sont pas acceptées.

Abonnez-vous pour pouvoir commenter !
si vous êtes déjà abonné Connectez-vous

Il n'y a pas encore de commentaire

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.