Au Burkina Faso, les smartphones de la contestation
article

Au Burkina Faso, les smartphones de la contestation

Les putschistes ont tenté, en vain, de contrer les réseaux sociaux

Réservé à nos abonné.e.s
Le putsch au Burkina Faso semblait avoir échoué, lundi soir, le chef des putschistes, Gilbert Diendere, ayant présenté ses "excuses" à la communauté internationale. Réseaux sociaux et pluralisme médiatique ont compliqué la tâche des putschistes, qui avaient renversé le 17 septembre le président et le Premier ministre de la transition, mis en place après la chute de l'ex-président Blaise Compaoré. Dans la journée de lundi, des unités armées de province avaient marché vers Ouagadougou, pour "déloger" les putschistes.
Commentaires

Au Burkina Faso, les smartphones de la contestation

Le putsch au Burkina Faso semblait avoir échoué, lundi soir, le chef des putschistes, Gilbert Diendere, ayant présenté ses "excuses" à la communauté internationale. Réseaux sociaux et pluralisme médiatique ont compliqué la tâche des putschistes, qui avaient renversé le 17 septembre le président et le Premier ministre de la transition, mis en place après la chute de l'ex-président Blaise Compaoré. Dans la journée de lundi, des unités armées de province avaient marché vers Ouagadougou, pour "déloger" les putschistes.

Abonnez-vous pour pouvoir commenter !
si vous êtes déjà abonné Connectez-vous

Il n'y a pas encore de commentaire

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.