Accusé d'être "islamisto-servile", un cadre d'En Marche "mis en retrait"
article

Accusé d'être "islamisto-servile", un cadre d'En Marche "mis en retrait"

Mohamed Saou : "ils m'ont dit qu'ils ne voulaient pas d'emmerdes"

Réservé à nos abonné.e.s
Il ne participera plus à la campagne d'Emmanuel Macron. Mohamed Saou, cadre du mouvement "En Marche" dans le Val-d'Oise (95), a été mis "en retrait" par l'équipe du candidat jeudi 6 avril. La décision fait suite au post Facebook d'une essayiste proche du PS, qui accuse Saou d'être "islamisto-servile" en se basant sur des publications Facebook de Saou. L'affaire, relayée notamment dans la fachosphère, a même fait irruption dans l’Émission Politique du 6 avril, qui recevait le candidat d' "En Marche".
Commentaires

Accusé d'être "islamisto-servile", un cadre d'En Marche "mis en retrait"

Il ne participera plus à la campagne d'Emmanuel Macron. Mohamed Saou, cadre du mouvement "En Marche" dans le Val-d'Oise (95), a été mis "en retrait" par l'équipe du candidat jeudi 6 avril. La décision fait suite au post Facebook d'une essayiste proche du PS, qui accuse Saou d'être "islamisto-servile" en se basant sur des publications Facebook de Saou. L'affaire, relayée notamment dans la fachosphère, a même fait irruption dans l’Émission Politique du 6 avril, qui recevait le candidat d' "En Marche".

Abonnez-vous pour pouvoir commenter !
si vous êtes déjà abonné Connectez-vous

Il n'y a pas encore de commentaire

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.